La solitude dans le haut Arctique



Lors de mes nombreux voyages en kayak de mer au Spitzberg, la solitude faisait partie de mes projets et était la conséquence d’un choix délibéré, correspondant à une intention personnelle. De plus, ces régions prédisposent à la solitude. Cela peut sembler paradoxal, mais je suis intimement persuadé que la solitude se vit mieux dans le Spitzberg qu’en milieu habité. Ces régions expriment une telle force, un tel isolement, que j’ai fini par faire abstraction de cette solitude qui a le pouvoir de simplifier les choses.
J’ai longtemps ressenti une grande joie à vivre dans cet isolement. Évidemment, celui-ci impose des contraintes, car manipuler seul un kayak est une tâche ardue, fastidieuse. Décharger l’embarcation, par exemple, peut prendre plusieurs heures. Cependant j’étais continuellement actif et n’interrompais mon déplacement que les jours de tempête, ou lorsque la fatigue l’emportait. Dans l’attente, je me devais de tromper la solitude. Sa pression agissait sur moi de manière inconsciente, mais je ressentais le besoin de m’en évader dès que possible. C’est pourquoi je n’ai jamais pu lire un seul récit traitant d’aventuriers partis en solitaires ni écrire sur ma condition du moment. J’étais incapable, psychologiquement, de tenir un carnet de bord. C’est ainsi qu’au cœur de l’immensité vide du Spitzberg, j’ai amorcé l’écriture d’un roman se passant à Paris. Certes, je recherchais l’isolement, mais mon appétit de rencontres grandissait car des manques se construisaient. Je croyais les dominer, mais j’ai bientôt réalisé qu’il était vital de chercher à fuir cette solitude. Personne n’est adaptée à elle ; même les peuples les plus primitifs vivent en société.
L’unique angoisse ressentie lors des trois mois en kayak de mer a mis un terme à mon périple : l’angoisse du vide absolu. En quittant le dernier point habité, j’ai compris que ma quête s’achevait, que mon voyage devait prendre fin, sa raison d’être ne pouvant que se dissoudre dans l’inconnu ; seul restait un danger qui ne m’intéressait pas.
Cependant, dès le départ, ma plus forte motivation dans ce voyage a été liée à une sensation de liberté fondamentale. Je pensais sans astreinte ! En effet, la nature est la seule force qui nous opprime tout en nous libérant. Elle ne touche pas à notre liberté individuelle et ne porte pas atteinte à l’être. Au contraire, la nature nous crée au vu des contraintes qu’elle génère autour de nous. Plus une nature est hostile, plus l’énergie nécessaire pour y résister nous révèle et nous exalte, nous permettant de retourner pleinement au réel.
Partir dans ces régions nécessita des préparations minutieuses et nombreuses. Mon équipement était limité en poids et en volume (j’ai d’ailleurs toujours trop pris, certainement par peur instinctive de manquer), et la principale contrainte était d’arriver à agencer, dans un kayak, le maximum de jours d’autonomie. En matière de sécurité, il m’était indispensable de respecter des règles de bon sens, mais les contraintes du milieu m’imposaient plus de vigilance, plus d’attention. Cependant, il existait une cohérence avec ma conviction personnelle, et il y avait ainsi peu de risques qu’il m’arrivât quelque chose. Dès l’instant où je sentais qu’il pouvait y avoir un risque, je renonçais à m’aventurer plus avant. Évidemment, il m’arrivait de commettre des entorses à ces règles de prudence, par besoin d’échapper à cette discipline que je m’imposais. Cela me permettait de me recadrer et de réaliser pleinement les risques encourus.
Je suivais des côtes, mais le danger se dévoilait lors des traversées des fjords. En pleine mer, je ressentais avec un certain effroi la puissance des flots et du large. J’avançais très lentement, avec le vent en face la plupart du temps, ces régions étant fortement balayées par de nombreuses dépressions. Ma plus grande crainte était de me retourner. Ainsi, j’ai appris pendant ces longs mois d’expédition à être très prudent, conscient peu à peu de ce gouffre existant entre les ambitions de départ et la réalité. J’ai appris également à me méfier de cette euphorie qui s’était emparée de moi à l’idée d’être seul et libre ; à contrôler cet enthousiasme et cette vigueur, pouvant entraîner un manque de discernement des obstacles à franchir ou à contourner. Je pense notamment aux animaux sauvages de l’Arctique. Le morse, par exemple, qui mesure jusqu’à quatre mètres de long pour un poids de plus d’une tonne. C’est un animal impulsif, torturé par la curiosité et qui n’hésite pas à s’approcher des embarcations ni à leur donner des coups de dents comme pour en évaluer la résistance. L’ours blanc est, quant à lui, problématique car il y en existe deux sortes : l’ours réel et l’ours né de l’imagerie populaire et des peurs ancestrales. Ce dernier est toujours un animal très dangereux, sanguinaire, que l’on évoque avec effroi. Il y avait également celui dont on ne voit que les traces, ce qui est finalement aussi inquiétant puisque l’on ne sait jamais où il se trouve. Face à cette réalité et aux dangers potentiels, j’ai pris la décision de compter sur ma bonne étoile. J’avais emporté un fusil, mais je ne disposais d’aucun système d’alarme. En effet, rares sont les ours polaires qui viennent piller un campement, et la plupart du temps, l’animal passe, ignorant de la présence humaine. Cependant, les réactions dépendant beaucoup des individus, je me tenais sur mes gardes, connaissant le caractère imprévisible de cette bête dans l’attaque d’une proie.
Je ne réitérerai pas ce voyage en solitaire car j’ai atteint les limites de la solitude et j’ai compris à partir de quand celle-ci devenait nuisible à l’être humain. Je désirais connaître mon rythme et mon mode de fonctionnement psychologiques, et je voulais être totalement maître de mes choix. Cependant cette expérience n’a pas été suffisamment agréable pour me donner envie de recommencer. De plus, j’ai acquis une connaissance telle du Spitzberg que je ne retrouverai plus la même joie et la même tension stimulantes liées à la découverte, ayant seulement à me confronter aux contraintes du milieu. Si j’y retourne un jour, il me faudra avoir un projet différent, quelque chose de nouveau à construire.

Par Emmanuel Hussenet
Texte extrait du livre : Maelström, Seul aux confins du Spitzberg
En savoir davantage sur : Emmanuel Hussenet

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2020. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.