Laurence Bougault


Laurence et Almila à Gaël au départ du raid Ispahan/Paris – Ille-et-Vilaine (France)
Année 2009
© Bernard Wis
Maître de conférences en stylistique à l’université Rennes II. Cavalière émérite et éleveuse de chevaux akhal-téké.

Née à Toulouse en 1970, Laurence Bougault monte à cheval depuis l’âge de 10 ans. En même temps qu’un parcours classique dans les clubs, elle expérimente dès l’âge de 12 ans les joies et les aléas du cavalier d’extérieur, grâce à une jument trotteuse achetée par son grand-père maternel. Pendant ses études, elle découvre les écuries de François Lucas, où elle s’initie avec bonheur aux joies du dressage d’école, tout en passant son galop 7. En 1997, elle décide, après avoir visionné le film Urga, d’aller en Mongolie et de voyager à cheval. En 1998, elle achète un pur-sang de 3 ans, Eymour du Ronceray, avec lequel elle expérimentera le voyage à cheval en autonomie complète en traversant les Alpes, de Chamonix à Menton. En 1999, une jument pur-sang arabe les rejoint en forêt de Brocéliande. Laurence apprend à bâter et à mener un cheval en main. Une équipe est constituée, qui fera un premier périple en 2000 dans le centre de la France, et un second en 2005 à travers la Bretagne. Ces expériences réussies la confortent dans son désir de départ et en 2001, elle entreprend son premier grand voyage à cheval, dans des régions fort peu amènes et équestres : du Lesotho jusqu’au lac Malawi en passant par l’Afrique du Sud et le Mozambique, soit 3 300 km d’aventures qu’elle relate dans un livre, Sous l’œil des chevaux d’Afrique, paru aux éditions Belin. L’année qui suit son retour, Laurence donne naissance à son fils Loup. À l’automne 2004, en cherchant un shetland pour Loup, Laurence rencontre un poulain akhal-téké d’un an et demi, Abdoula Khan, qui va la décider à démarrer un petit élevage de ces mythiques chevaux turkmènes. Au printemps 2005, elle fait son premier débourrage, sans aucun problème. L’occasion d’acquérir une poulinière se présente, et Plyajnaya et Habiba rejoignent la forêt de Brocéliande. Au printemps 2006, le premier poulain voit le jour : Patysha, un superbe jeune homme à la robe isabelle. En 2007, Laurence expérimente un autre aspect de la vie d’éleveur : la mort d’un poulain. Pour ne pas rester sur cette note douloureuse, elle décide d’acheter une nouvelle pouliche, Priska, aux origines prestigieuses, destinée à former un micro-troupeau avec Patysha. Elle apprend aussi le métier d’étalonnier : monte en main, puis monte en liberté. Les voyages continuent et l’akhal-téké la conduit au Turkménistan et en Iran, où naît le projet « Amazone de la Paix » qui voit le jour en avril 2009 : Laurence Bougault part d’Ispahan (Iran) avec une jument turkmène de 6 ans, Almila, pour rejoindre Fontainebleau. Elle partage ce voyage de 6 500 kilomètres à travers l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France dans son blog avant de le faire dans un récit à paraître.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.