Birmanie

Les Karen, de langue tibéto-birmane, souvent bouddhistes dans les plaines mais chrétiens dans les montagnes, sont au nombre de 3 millions en Birmanie. Ils sont considérés comme les meilleurs cornacs – <i>oozie</i> – d’Asie du Sud-Est. Ils dressent les éléphants en les entraînant à tracter charrettes ou grumes dès qu’ils ont 4 à 5 ans puis les forment, quand ils ont 15 ans, aux travaux de débardage pour les quarante ans de leur vie active, sur les soixante de leur existence.

Les Karen, de langue tibéto-birmane, souvent bouddhistes dans les plaines mais chrétiens dans les montagnes, sont au nombre de 3 millions en Birmanie. Ils sont considérés comme les meilleurs cornacs – oozie – d’Asie du Sud-Est. Ils dressent les éléphants en les entraînant à tracter charrettes ou grumes dès qu’ils ont 4 à 5 ans puis les forment, quand ils ont 15 ans, aux travaux de débardage pour les quarante ans de leur vie active, sur les soixante de leur existence.

Images de Jérôme Kotry, extraites de l’album Birmanie, Visions d’un amoureux de la Terre d’or

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.