Bruno d’Halluin


Terre de Feu (Chili)
Année 1998
© Thierry Debyser
Informaticien. A vogué jusqu’au cap Horn et retour en quatorze mois.

Né à Annecy en 1963, Bruno d’Halluin attend la fin de ses études à l’IUT informatique de Grenoble, en 1983, pour voyager. Il commence par l’Océanie (Australie, Nouvelle-Zélande, îles du Pacifique), sac au dos et quatre mois durant. Mais passionné depuis la plus tendre enfance par la géographie, l’histoire, et l’astronomie, désireux de devenir journaliste, il se promet de ne pas se satisfaire de ce premier voyage.
Ayant décroché un poste d’informaticien, Bruno d’Halluin reste dévoré par un incessant besoin d’évasion et part chaque fois que possible, pour la Suède, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce, la Turquie, la Bulgarie, le Brésil, la Bolivie, l’Ouest américain, qu’il découvre au hasard de l’auto-stop ou en bus. En 1989, il s’accorde un premier congé sabbatique d’un an pour découvrir la Crète, le Brésil et le Venezuela. De retour, il prépare un DESS de productique et d’informatique industrielle, qu’il obtient en 1992.
En bon Savoyard, Bruno d’Halluin est familier des sports de montagne et de glisse, mais natif de la région du lac d’Annecy, il s’est naturellement pris de passion pour les activités aquatiques (natation, planche à voile, kayak en eaux vives), et tout particulièrement pour la voile. Il est d’abord équipier puis chef de bord lors de navigations en Bretagne, aux Antilles, vers l’Angleterre ou l’Irlande, mais aussi de la Camargue aux îles Canaries, et de la Martinique à la Bretagne. Multipliant raids et régates en catamaran de sport, il passe avec succès le monitorat fédéral du 2e degré à l’école de voile des Glénans (base de Paimpol). Il obtient en 1995 une mutation professionnelle à Nantes pour se rapprocher de la mer. Il en profite pour préparer studieusement le périple qui le mène, en 1997-1998, de la France au cap Horn et retour, en quatorze mois. Il vogue avec son ami et coéquipier Thierry Debyser sur un voilier de dix mètres, La Volta. Leurs principales étapes sont Lisbonne, les îles du Cap-Vert, le Brésil, l’Argentine, la Patagonie et la Terre de Feu, dont ils effectuent le tour complet, et l’archipel des Açores au retour.
Bruno d’Halluin a publié des articles dans les revues Loisirs nautiques et Voiles et Voiliers, et réalisé un site Internet. D’avril à septembre 2005, il a effectué un nouveau périple à la voile « Sur la route des Vikings », vers l’Écosse, les Féroé et l’Islande, cette fois en compagnie de son amie Gaëlle Clanet, sur un autre Romanée baptisé La Volta II. Il s’est consacré à l’écriture d’un roman historique sur les Vikings, aux éditions Gaïa, puis, ayant repris son travail mais en Savoie désormais, goûte à présent aux joies de la paternité avec son jeune fils Jonas.
Bruno d’Halluin milite aussi activement, à l’échelon de sa région, au sein du mouvement écologiste des Amis de la Terre avec lequel il s’est rendu à Copenhague en décembre 2009.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.