Françoise Sylvestre


Île du Nord (Nouvelle-Zélande)
Année 1990
© Thierry Martinez
Journaliste, écrivain-voyageur et romancière, passionnée par les îles.

Née à Alençon en 1947, Françoise Sylvestre, qui est originaire du Jutland par son père, a toujours mené ses activités de journaliste, écrivain, libraire et éditrice avec la même passion. À une seule condition : que soient à portée de cœur la mer, l’île et le voyage. Elle a commencé par le métier de journaliste qu’elle a vite orienté vers le domaine maritime, la course au large puis la pêche hauturière. Son premier livre, Huit postiers cap-horniers, remonte à 1990.

Depuis lors, au rythme d’un ouvrage par an, toujours écrit sur un quai, au bout d’une cale ou sur un bateau, Françoise Sylvestre publie, souvent avec la connivence d’un photographe, des impressions de voyages lointains, des évocations de paysages familiers, des aventures romanesques : Lumières et reflets des côtes danoises, Impressions de Suède, Sept jours à Saint-Barth et Léone, dont l’intrigue se noue aux îles Kerguelen où elle a séjourné en 1993 dans le cadre de l’inventaire patrimonial qu’elle avait proposé aux Terres australes et antarctiques françaises.

Au nord, Françoise Sylvestre qui a visité le Spitzberg et s’est souvent rendue dans les Lofoten, aime aussi l’île écossaise d’Arran, les Shetland et les îles de la Madeleine. Elle a en outre eu l’occasion de faire escale à la Réunion et aux San Blas, de séjourner à Saint-Barthélemy et aux Saintes ainsi que de résider dans la plupart des îles du Ponant. D’abord installée à l’Île-aux-Moines, dans le golfe du Morbihan, où elle avait créé L’âme vagabonde, librairie maritime et maison d’édition de monographies insulaires, elle est retournée depuis 2008 vivre à Belle-Île, sur la côte sud en vue d’Hoëdic, pour s’adonner à nouveau à l’écriture.

Avec Jean-Marc Cotta notamment, Françoise Sylvestre s’est livrée au solstice de l’été puis de l’hiver 2011 à un projet artistique dans un phare des Shetland qui a donné naissance à l’écriture d’un ouvrage collectif baptisé Le Phare des solstices, Cinq artistes dans un phare de Stevenson, paru en 2012. Elle a récidivé en 2015 pour produire Le Phare des équinoxes, Quatre artistes dans le phare de l’île Wrac’h.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.