René Cagnat


Monts Küngheï (Kirghizistan)
Année 2005
© René Cagnat
Écrivain et photographe spécialiste de l’Asie centrale. Réside à Bichkek, en Kirghizie, d’où il rayonne dans tout le Turkestan.

Né à Tananarive, à Madagascar, en 1942, René Cagnat a une longue carrière militaire derrière lui. Après l’École d’officiers de Saint-Cyr, l’École d’application de l’infanterie et les Chasseurs alpins, il est nommé attaché militaire adjoint en URSS de 1970 à 1972. Puis il prend le commandement d’une compagnie d’infanterie à Berlin jusqu’en 1975. Il intègre ensuite, de 1975 à 1985, le SGDN, l’École de guerre, le cabinet du ministre de la Défense, avant d’être nommé attaché militaire successivement en Bulgarie, en Roumanie, en Ouzbékistan et enfin au Kirghizistan. Il a par ailleurs servi à la Délégation aux affaires stratégiques de 1993 à 1995. Colonel à la retraite depuis 1999 et retiré dans ce dernier pays, il se consacre à l’étude des questions centrasiatiques.

Au fil d’une carrière d’écrivain, René Cagnat a produit des essais sur l’Asie centrale et la Haute-Asie, que ce soit Le Milieu des empires (en collaboration avec le sinologue Michel Jan), paru en 1981, La Rumeur des steppes, en 1999, ou Du djihad aux larmes d’Allah, en 2012, qui, étayés par des données tangibles – dates, chiffres, statistiques, etc. –, sont émaillés de considérations géopolitiques, mais laissent aussi place aux coups de cœur, voire aux coups de gueule de celui qu’on serait parfois tenté d’appeler « Gengis Khagnat ». Il a contribué à de nombreux ouvrages collectifs sur la région, a produit le texte et parfois les photographies de plusieurs beaux-livres sur l’Asie centrale et les terres kirghizes, à l’Imprimerie nationale et chez Transboréal, s’est essayé au roman avec Djildiz ou le chant des monts Célestes chez Flammarion (2003) et a écrit un guide pour Mondéos (2006). Parallèlement, il a publié de nombreux articles ou tribunes dans Le Figaro, Le Quotidien de Paris, Études, GEO, Défense nationale et sécurité collective, Défense de l’IHEDN, Le Courrier des pays de l’Est, Diplomatie, Lettre International (Berlin), etc., et a été interviewé sur RFI, RTL, France Inter, France Culture, France Info, Radio Classique, Radio Suisse romande, Radio Mayak (Moscou). Il a conseillé Yann Arthus-Bertrand pour ses campagnes photographiques sur la mer d’Aral (La Terre vue du ciel, 2000), au Kirghizistan et au Tadjikistan, l’équipe de Thalassa menée par Isabelle Moeglin pour France 3 en 1999, et Karel Prokop pour les quatre films de la « Thema » d’Arte sur l’Asie centrale en mars 2002. Il a aussi accompagné des journalistes, tels Sylvaine Pasquier de L’Express, Alain Renou et Sophie Malibeaux de RFI.

Docteur ès sciences politiques de l’IEP de Paris, René Cagnat, qui possède une maîtrise de russe, y a été directeur de séminaire de 1982 à 1984. Il a aussi professé les relations internationales à Saint-Cyr-Coëtquidan de 1983 à 1985 et le français et la civilisation française à l’université d’État du Kirghizistan et à l’Université américaine de Bichkek de 1999 à 2002. Il se consacre désormais à l’accompagnement de ceux qui veulent découvrir l’Asie centrale en profondeur, depuis Bichkek, où il fut consul honoraire de France de 2001 à 2002 et vit la moitié de l’année avec sa femme russe d’Ouzbékistan et sa jeune fille.

René Cagnat est chevalier de la Légion d’honneur et officier de l’ordre national du Mérite. Il représente par ailleurs en Asie centrale la Fondation pour le progrès de l’homme et est chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques. Il a reçu, en 2008, le prix « Amiral Marcel Duval » pour deux articles sur l’Afghanistan paru en 2007 dans la revue Défense nationale et sécurité collective.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.