Olivier Rey

Mathématicien, philosophe et romancier, que concernent l’histoire des sciences et le rapport entre science, littérature et morale.

Né à Nantes en 1964, Olivier Rey est mathématicien, philosophe et romancier. Chargé de recherche au CNRS depuis 1989, il enseigne les mathématiques à l’École polytechnique de 1991 à 2006, avant d’intégrer la section philosophie du CNRS en 2009. Parallèlement à ses activités de mathématicien, il a développé une pensée critique sur la place prise par la science dans la société postmoderne, exposée dans un essai intitulé Itinéraire de l’égarement, Du rôle de la science dans l’absurdité contemporaine, paru au Seuil en 2003. Son ouvrage suivant, Une folle solitude, Le fantasme de l’homme auto-construit, paru chez le même éditeur en 2006, a prolongé la réflexion en partant d’un fait concret : le changement d’orientation des enfants dans les poussettes qui s’est opéré au cours des années 1970 – symptôme de la propension des sociétés modernes à tourner le dos aux héritages qui les fondent, au risque de l’effondrement.

En 2011, avec la publication du Testament de Melville, Penser le bien et le mal avec Billy Budd chez Gallimard, Olivier Rey s’est attaché à montrer à travers une étude du chef-d’œuvre posthume de Herman Melville, la puissance de la littérature pour explorer les questions éthiques et esthétiques.

Olivier Rey appartient depuis 2009 à la section philosophie du CNRS. Il est aussi membre de l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques et enseignant à l’Université Paris 1.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.