Benjamin Vial


Lac Baïkal – Sibérie (Russie)
Année 2008
© Benjamin Vial
Machiniste du cinéma. Alpiniste amateur.

Né à Vitry-le-François en 1982, Benjamin Vial s’est d’abord tourné vers les arts appliqués. Il a ensuite intégré le milieu du cinéma en tant que technicien responsable des mouvements de caméra, un métier alliant sensibilité et compétences techniques de terrain. À travers une double démarche professionnelle, il cherche à réunir travail de fiction et documentaire dans la perspective de saisir au mieux la saveur du réel, qu’il soit vécu ou sublimé. Son amour des espaces vierges et de la nature l’a rapidement orienté vers des projets cinématographiques tels que Le Renard et l’Enfant, de Luc Jacquet, pour lequel il a tourné durant toute une année avec des renards roux, entre Jura et Abruzzes, ou encore Loup, de Nicolas Vanier. Pendant cinq mois, en Sibérie orientale (Yakoutie, monts Verkhoïansk), il a filmé une meute de loups par des températures extrêmes, allant de –58 °C à 40 °C. Il cumule ainsi deux années d’expériences logistiques et techniques en milieux naturels et difficiles d’accès. Le film Loup lui a notamment permis de se spécialiser dans le tournage par grand froid : après une campagne de tests en chambre climatique, il a participé à la mise au point des équipements pour le fonctionnement des caméras et des systèmes de machinerie au-delà de –50 °C. Entre les tournages, sa fascination pour les contrées sauvages et leurs populations le pousse aussi à voyager entre Mongolie, Xinjiang et Mongolie-Intérieure. Depuis 1998, il reste attaché à ces régions où il retourne régulièrement, avec son ami mongol Saïnzayaa Tsedendorji pour produire des documentaires. Par ailleurs, la pratique de l’alpinisme l’invite à suivre le précepte d’Eric Shipton, « Do it by fair means », lorsqu’il gravit seul, sans assistance, le point culminant de la chaîne orientale des Sayans, le Mönkh Sarvdag, qui s’élève à 3 491 m sur la frontière bouriato-mongole. Des sommets du Caucase oriental s’inscrivent aussi à son palmarès : le mont Shino (4 080 m), entre Géorgie et Ingouchie, et le mont Kazbek (5 048 m), à la frontière avec l’Ossétie du Nord. Il travaille actuellement à d’autres films de fiction en Amazonie, ainsi qu’au montage d’un nouveau documentaire sur le devenir et l’identité de la jeunesse mongole en Chine.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.