Constantin de Slizewicz


Lac Lugu – Yunnan (Chine)
Année 2007
© DR
Journaliste reporter d’images. Vit dans le Yunnan.

Né à Toulon en 1977, Constantin de Slizewicz a été très tôt attiré par l’Est. À l’âge de 20 ans, à la suite d’un séjour de plusieurs mois à Pékin, il s’évade de ses études de commerce et décide de vivre en Chine. De Pékin à Kashgar et de Kharbin à Lhassa, il sillonne les marges et les confins de l’empire du Milieu, multiplie voyages automobiles et expéditions sac au dos, parfois avec son ami Luc Richard qui racontera certaines de leurs péripéties dans Voyage à travers la Chine interdite (Presses de la Renaissance, 2003), tout en revenant de temps à autre en France pour valider son diplôme de l’École de commerce européenne de Lyon. Une fois ce dernier en poche, il s’installe à Kunming en 2000, dans le Yunnan, d’où il rayonne à travers le pays, réalisant de nombreux photoreportages pour la presse française (Paris-Match, Grands Reportages, Figaro-Magazine, Marianne, Point de vue, Femme actuelle…) et chinoise (City Pictorial, Civilization, Trends Mag…). Des années durant, de la Mandchourie au Tibet et du Yunnan à l’Altaï, le jeune explorateur va ainsi au contact des peuplades les plus reculées de la Chine : Naxi, Mosuo, Tibétains, Wa, Bai… mais aussi Ouighours, Kazakhs, Oroqen. Montagnes excentrées, vallées inconnues, royaumes perdus, Constantin de Slizewicz avance au gré de ses découvertes, de ses rencontres et de son inspiration. Il traverse toute la Chine en side-car d’est en ouest, déniche des catholiques au Tibet, affronte les déserts du Xinjiang, fait trois fois le tour du mont Kawakarpo avec des pèlerins tibétains. L’aventurier réalise aussi des films documentaires, en collaboration avec Julien Ansault (Le Royaume des femmes, Regards croisés), Falk van Gaver et Jean-Baptiste Warluzel (Un Noël au Tibet). Quand il est à Kunming, entre deux départs, il fréquente les artistes chinois et prépare sa prochaine aventure : partie de chasse en Mandchourie ou cavalcade dans l’Altaï. En 2005, il quitte Kunming avec un camion, son chien et son chat, et s’installe en bordure du lac Lugu, au nord-ouest du Yunnan, parmi les Mosuo à la société matriarcale. Le reporter-photographe y passe deux ans pour monter et gérer des maisons d’hôtes à Xiao Loshui et à Lijiang et, rassemblant ses souvenirs, écrit son premier livre, Les Peuples oubliés du Tibet, dans lequel il raconte sa découverte des marches yunnanaises dont il est devenu, sur le terrain, un des plus fins connaisseurs.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.