Collection « Petite philosophie du voyage »

  • Voyage dans l’espace (Le)
  • Tao du vélo (Le)
  • Ronde des phares (La)
  • Frisson de la moto (Le)
  • Légèreté du parapente (La)
  • Poésie du rail (La)
  • Hymne aux oiseaux (L’)
  • Art de la trace (L’)
  • L’Engagement humanitaire
  • Euphorie des cimes (L’)
  • Grâce de l’escalade (La)
  • Temps du voyage (Le)
  • Instinct de la glisse (L’)
  • Vertu des steppes (La)
  • Facéties du stop (Les)
  • Cantique de l’ours (Le)
  • Ivresse de la marche (L’)
  • Esprit du geste (L’)
  • Écriture de l’ailleurs (L’)
  • Rythme de l’âne (Le)
  • Chant des voiles (Le)
  • Liberté du centaure (La)
  • Tour du monde (Le)
  • Fièvre des volcans (La)
  • Extase du plongeur (L’)
  • Force du silence (La)
  • Tentation du jardin (La)
  • Vie à la campagne (La)
  • Murmure des dunes (Le)
  • Goût de la politesse (Le)
  • Caresse de l’onde (La)
  • Magie des grimoires (La)
  • Vertiges de la forêt (Les)
  • Audaces du tango (Les)
  • Vie en cabane (La)
  • Simplicité du kayak (La)
  • Voyage immobile (Le)
  • Bonheurs de l’aquarelle (Les)
  • Attrait des gouffres (L’)
  • Soif d’images (La)
  • Mémoire de la Terre (La)
  • Enchantement de la rivière (L’)
  • Prodige de l’amitié (Le)
  • Défis de la course (Les)
  • Parfum des îles (Le)
  • Promesse de l’envol (La)
  • Secret des pierres (Le)
  • Appel de la route (L’)
  • Mystères du vin (Les)
  • Religion du jazz (La)
  • Écho des bistrots (L’)
  • Charme des musées (Le)
  • Quête du naturaliste (La)
  • Triomphe du saltimbanque (Le)
  • Sortilèges de l’opéra (Les)
  • Âme de la chanson (L’)
  • Sérénité de l’éveil (La)
  • Arcanes du métro (Les)
  • Joie du voyage en famille (La)
Couverture

L’Engagement humanitaire, Petit diagnostic sur l’altruisme en situation d’urgence
Jean-Marie Haegy




Les missions de la Croix-Rouge internationale et du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés se doublent depuis leurs débuts de l’action caritative d’associations confessionnelles, d’agences gouvernementales et, depuis les années 1970 et la famine au Biafra ou l’afflux des boat people en mer de Chine, d’innombrables organisations non gouvernementales comme Médecins sans frontières, Handicap International ou Action contre la faim. Le personnel de ces ONG – médical ou logistique –, confronté à l’urgence, fait régulièrement la une des médias : les équipes de télévision aiment, face aux situations conflictuelles complexes qu’elles s’efforcent de rendre intelligibles, montrer que l’engagement humanitaire relève de l’altruisme pur. Totalement désintéressé, toujours efficace, apolitique, il viendrait atténuer les tragédies auxquelles la diplomatie mondiale ou les relations bilatérales ne peuvent plus remédier. Pour une part, cela est vrai. Mais n’existe-t-il pas également des effets pervers à cette action d’urgence ? Quand le chirurgien qui opérait, l’infirmière qui réhydratait ou le logisticien qui distribuait sacs de riz et couvertures sont partis, et les caméras avec eux, que reste-t-il de cette mobilisation souvent mondiale ? Y a-t-il une ambiguïté de l’engagement humanitaire, qui entacherait son caractère exemplaire par les désordres économiques, sociaux voire sanitaires qu’il peut aussi induire ? À quelles conditions, en somme, l’ingérence humanitaire resterait-elle vertueuse ?

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2021. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.