Robert Weis

  • David_Adjemian
  • Marc_Alaux
  • Lodewijk_Allaert
  • Joël_Allano
  • Stéphane_Allix
  • Christophe_Apprill
  • Françoise_Ardillier-Carras
  • Jacques_Arnould
  • Vladimir_Arseniev
  • Tchinguiz_Aïtmatov
  • Pierre-Marie_Aubertel
  • Siméon_Baldit_de_Barral
  • Noël_Balen
  • Jamel_Balhi
  • Frédérique_Bardon
  • Jean-Yves_Barnagaud
  • Fabien_Bastide
  • Julie_Baudin
  • Jacques_Baujard
  • Sylvain_Bazin
  • Emmanuel_Béjanin

Réserve naturelle Haard – Dudelange (Luxembourg)
Année 2021
© Matic Zorman
Paléontologue.

Né à Esch-sur-Alzette, au Luxembourg, en 1980, Robert Weis a grandi au milieu des cités ouvrières de ce bassin minier sur la frontière française. C’est en explorant les anciens sites désormais regagnés par une végétation luxuriante qu’il découvre son intérêt pour la nature et les sciences naturelles. Doté d’un esprit curieux, il s’intéresse aux plantes, aux pierres et aux fossiles, et commence sa première collection de roches et fossiles à l’âge de 6 ans. Cette passion le conduira à présenter un sujet paléontologique au concours Jeunes scientifiques luxembourgeois, dont il sera lauréat en 1998. Adolescent, à travers ses nombreuses lectures, il découvre le voyage et les terres lointaines. Ce sont notamment la Chine et le Japon, et leurs culture et spiritualité, qui le fascinent. Dès lors, il s’intéresse aux jardins japonais et à l’art du bonsaï qu’il pratique depuis deux décennies.

Après avoir entamé des études universitaires en pédagogie, Robert Weis commence à travailler au Musée national d’histoire naturelle du Luxembourg en 2002. Il y est assistant de conservation pour les collections paléontologiques et auteur de plus de cinquante publications scientifiques sur les fossiles marins du Jurassique et le patrimoine géologique luxembourgeois. En tant que paléontologue, il collabore régulièrement avec des universités en France, en Italie, en Allemagne, en Belgique, en Hongrie, au Portugal et au Maroc, et a participé à des fouilles notamment en Normandie, dans les Causses et en Haute-Provence. En parallèle, à partir de l’âge de 30 ans, il a fait de nombreux voyages dans le sud de l’Europe, en Inde, en Corée du Sud, au Maroc, mais c’est le Japon sa véritable destination de cœur, pays qu’il a visité neuf fois entre 2009 et 2019.

Entre ses séjours au pays du Soleil-Levant, Robert Weis étudie la culture et les arts japonais, notamment le bonsaï, l’ikebana, le haïku et le zen, qu’il pratique au Centre de méditation zen sôtô du Luxembourg. En 2022, il est le curateur de l’exposition « L’Esprit Shizen – La nature du Japon à travers ses 72 saisons » au Musée national d’histoire naturelle luxembourgeois et édite un catalogue qui regroupe dix-sept écrivains, poètes et experts sur ce thème. En 2022, il publie, avec l’auteur italien Davide S. Sapienza, le carnet de voyage Rocklines – Voyage géopoétique à travers la Minett UNESCO Biosphère (Éditions Phi, Luxembourg). Au début de 2023 sort son premier premier recueil de poèmes, Rêves d’un mangeur de kakis (Michikusa Publishing, Luxembourg). Au printemps de la même année, il coédite le recueil anglophone The Nature of Kyoto (Writers in Kyoto, Kyôto). Et, en juin, paraît Retour à Kyôto, sa première œuvre en prose sous sa seule signature, suivi d’un recueil auto-édité en langue anglaise, A tiny nature – recollections of poems and trees. En octobre paraît aussi le récit d’un voyage initiatique dans les montagnes sacrées du Japon : Yamabushi, La sagesse des montagnes.

Robert Weis est membre de l’association littéraire luxembourgeoise ALL Schrëftsteller*innen et du collectif, basé au Japon, Writers in Kyoto.

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2024. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.