Amandine Chapuis


Koregaonn, au sud de Pune – Maharashtra (Inde)
Année 2006
© Amandine Chapuis
Diplômée de géographie et correspondante de presse. A traversé l’Inde à pied du sud au nord.

Un goût pour la marche


« Le 2 juin 2004, après plusieurs semaines d’un voyage en solitaire dans la vallée himalayenne du Khumbu, au Népal, je rentre à Paris avec un petit baluchon. Il contient un cahier annoté d’observations et d’interviews, des feuilles volantes couvertes de cartes mentales réalisées par des écoliers, un appareil et des pellicules photo, quelques livres et une carte : le fruit d’une recherche de terrain dans le cadre de mes études de géographie. Ce n’est pas mon premier voyage d’étude mais, pour la première fois, j’y ai associé la marche, ou plutôt le trekking – dont j’ai étudié l’impact sur le pays Sherpa –, d’abord par obligation, puisque toute cette région n’est pas accessible autrement, mais aussi pour me laisser pénétrer par la nature grandiose de cette vallée au pied de l’Everest. Sur des sentiers à plus de 3 000 mètres d’altitude, entre Lukla et Gokyo, j’ai découvert aussi à quel point le fait de marcher peut être fraternel, surprenant et stimulant. J’ai acquis la certitude que la marche est porteuse de plus de joie que de souffrance. »


Extrait de :

Au cœur de l’Inde, 4 400 kilomètres à pied du Kerala à l’Himalaya
(p. 11, Transboréal, 2009)


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2018. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.